Galerie Joseph Antonin/ rubrique presse

13 février 2014

Le Temps d'aimer et de mourir / The ninth way to die (juillet 2013)

 

Avec Ludovic Zuili et Guillaume Flageul (du 1er au 27 juillet / Rencontres d'Arles OFF)

 

Remerciements La Provence, Actuphoto, l'oeil de la photographie...

Posté par french lizard à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Feminisme, sous le signe de la force et de l'érotisme des différentes féminites (mars 2013)...

Avec Emilie Jouvet et Guillaume Flageul (du 23 mars au 20 avril / Week-end arles contemporain / MP 2013)

Feminisme invitation galerie joseph antonin

 

Remerciements à Grazia, Muse & Out, Tasse de Thé, Yagg, Actuphoto, Mondiaphoto, Magazine d'Arles, Office du tourisme, Fréquence sud, Le petit agenda, Magma, Des Femmes en Mouvement, choos'art, activ'art, spectable, arles contemporain, médiathèque d'Arles, Radio 3dfm...


Posté par french lizard à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2011

THE VOYAGE OUT

EXPOSITION DU 8 JUILLET AU 16 SEPTEMBRE 2011

IMG_7717IMG_7718IMG_7711IMG_7716voyage out la marseillaisevoyage out la provence

  

 

"Un amour de Palestine"

Un nouveau lieu pour les amateurs d’art arlésiens : c’est la galerie joseph antonin, qui débute sa programmation avec « the voyage out », une exposition consacrée au photographe Olivier Timbaud et au peintre Guillaume Flageul. A l’origine de la galerie, un collectif d’artistes et d’amateurs d’arts, french lizard attitude, fédérés par l’association du même nom. Sise à Marseille, celle-ci se propose de « promouvoir et de créer des manifestations autour des artistes et (…) de concentrer tous ses efforts sur des moyens de communication sur le net comme les blogs ». Partons donc « A la recherche d’Ali Nasser H. » -tel est le titre du travail d’Olivier Timbaud qui se fait aussi auteur. « Nous nous étions rencontrés à Paris, à la fin des années 80. Il m’avait invité au Koweit où ses parents s’étaient établis, nous nous étions aimés, et puis nous nous étions quittés.(…) J’ai voulu constater l’absence, avant l’effacement… » Marcher dans les pas de l’amant disparu, avec pour seul guide le souvenir d’un récit de vie, le mènera au Koweit, dans le camp de réfugiés de Zarka (Jordanie) et jusqu’aux abords d’Azrak, près des frontières irakienne et saoudienne, en un périple ponctué de clichés où misère et dénuement, pourtant captés de plein fouet, sont les grands perdants, tant les images d’Olivier Timbaud rendent grâce aux êtres et aux choses.

Qantara, revue de l’institut du monde arabe, n°80, juillet 2011

 

 

 

 _________________________________________________________

 

"Entre Orients et natures"

La galerie Joseph Antonin accueille les travaux d’Olivier Timbaud et de Guillaume Flageul. La petite galerie située rue Emile Barrère est jeune mais déjà ambitieuse. Créée par l’association French Lizard attitude et sa présidente Clémentine Feuillet, elle a pour vocation de présenter des artistes confirmés tout en laissant une place aux nouveaux talents.

Du Koweit à la Palestine

Olivier Timbaud est un habitué de l’Orient. Il s’y rend depuis 20 ans et parvient à capter un regard finalement apaisé de l’habitant. Celui qui est considéré comme l’ennemi de l’Occident nous tend la main et nous accueille dans son environnement où la guerre est souvent passée. Le périple photographique du photographe est une recherche passionnée d’Ali Nasser H., qu’il a rencontré 20 ans plus tôt. O.Timbaud cherche une ombre qu’il ne trouvera finalement pas mais il nous envoie un témoignage précieux en image où on distingue différentes étapes, différents ciels et des contextes à chaleurs variables.

Un point commun domine : la présence de l’être humain, parfois invisible, mais toujours bienveillant.

Ciel et terre perturbés

Les peintures de Guillaume Flageul, « Styx et perturbations », semblent être dotées d’un double tranchant. On sera surpris par la précision, la netteté du petit détail qui se distingue au milieu des magnifiques dégradés et nuances, mais la surprise vient du contrepied que le peintre nous réserve en découpant habilement son paysage. Ciel et terres n’ont pas de place fixe et au-dessus d’une plaine paisible, apparaît parfois un îlot sorti d’un azur improbable. Ces toiles côtoient un autre travail de l’artiste sur le corps humains où le trait reste net et le dessin s’approche du réalisme. Une note moins douce qui constitue une sorte de transition entre le contexte des photographies et le côté onirique des paysages peints.

Une première exposition qui mérite l’attention et va être suivie d’autres initiatives artistiques. Clémentine Feuillet veut en effet développer les activités au sein de la galerie avec des installations ultérieures qui feront notamment appel à la vidéo. Des lectures sont envisagées à terme. C’est donc un nouveau lieu pour la création qui vient de naître et avec qui il faut vite faire connaissance.

 La Marseillaise, lundi 15 août 2011 (D.Sève)

 

 ________________________________________________________

 

"La galerie Joseph Antonin mêle photos et peintures"

  L’espace de la rue Barrère accueille « The Voyage out » jusqu’au 16 septembre.

  Un voyage à travers les frontières, à travers l’espace. C’est ce que propose l’association French Lizard Attitude avec l’exposition « The voyage out » à la galerie Joseph Antonin. Elle mêle le travail de deux artistes : Olivier Timbaud et Guillaume Flageul, l’un photographe et l’autre peintre.

  Olivier Timbaud expose essentiellement des œuvres basées sur la représentation de L’Orient. « Son désir est de représenter l’autre, pauvre, et de dénoncer le rejet d’une population à cause de sa misère », témoigne Clémentine Feuillet, responsable de l’association French Lizard Attitude. Ses photographies racontent avant tout un voyage à la recherche d’Ali Nasser H., son amour de jeunesse.

  Elles ont été prises en Jordanie, au Koweit, au Liban, en Turquie, et rendent compte de son cheminement, illustrent des rencontres, des confrontations à des paysages, souvent meurtris.

  Les peintures de Guillaume Flageul choisies sont majoritairement celles de paysages. Elles matérialisent l’absence, le vide, et entrent ainsi en complémentarité avec les photographies d’Olivier Timbaud. L’exposition, dans son ensemble, représente l’humain, la vie, dans un contexte géopolitique difficile.

  « The voyage out » ferme en septembre, mais la galerie rouvre au printemps, avec le projet de devenir permanente. « Nous voulons mêler les arts, en développant le son et la vidéo dans les expositions », précise Clémentine Feuillet.

 

La Provence, mercredi 20 juillet 2011 (M.D)

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par french lizard à 15:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]